Sale

Troubles alimentaires – Le « deep » au quotidien

J’essaie habituellement de ne pas tomber dans le cliché sensationnaliste, dans la description de comportements.  Par contre, par ce blog je veux expliquer…  Présenter la réalité des troubles alimentaires et, en même temps, mettre certaines choses au clair.

« Pourquoi…

Par la censure des mots, garder les gestes secrets? »

Ce sont les paroles de ma meilleure amie.   Elle a raison.  Les troubles alimentaires sont sous-estimés et incompris parce que trop souvent  gardés secrets.  Les gens voient la commande d’une salade au restaurant.  Rien de trop « trash ».  La vérité est toute autre. Ce n’est pas beau vivre un TCA.  Si vous me connaissez personnellement, si vous m’aimez, il se peut que ce texte soit difficile.  À vous de choisir…

wp-1470268811871.jpg

Les « BINGES »

Cela vient de « Binge Eating Disorder (BED) ». Manger beaucoup, en peu de temps.  En ce sens, avoir un trouble alimentaire et des crises: ce n’est pas être épicurien.  Cela n’a absolument rien à voir avec l’amour de la haute gastronomie, des desserts et du bon vin. Ce n’est pas non plus prendre un repas magistral au restaurant ou trois desserts un soir. Ce n’est, d’aucune façon, le plaisir de manger.

C’est un mode de vie survie.

Un mécanisme de défense qui peut faire manger un pain entier et un pot de beurre d’arachide en un temps record.  C’est ressentir une urgence telle de soulager son cœur que l’on ne peut attendre le grille-pain, alors on mange des bouts de pain encore gelés et du beurre d’arachides à la cuillère.  Croyez-moi, tout y passe.  Peuvent suivre tant des biscuits que du maïs en crème, ou les deux ensemble.  Un TCA c’est, sans raison apparente, beurrer absolument et démesurément tout, parce que, normalement, on s’interdit le beurre. Souvent, on quitte la cuisine ou la maison après et, lorsqu’on y revient, on retrouve une scène de crime.  De la vaisselle sale, des ustensiles, des miettes…  Ranger fait mal au cœur.

C’est également manger les mêmes aliments, jours après jours, semaines après semaines. 1 tasse de laitue, ¼ de tasse de tomates, ½ tasse de poivrons et 2 c. à soupe de vinaigrette légère.  Le tout, calculé avec précision, mois après mois.  Tout cela, sans émotions.  Sans faim et sans fin.  Reprendre le contrôle de sa vie par le contrôle de son corps et de son alimentation.  Du compliqué, au quotidien.

Tous ces détails sont ceux du caché, du « deep ».  Ce sont ces détails honteux qui sont, au final, beaucoup plus difficiles à confier que les douleurs de l’enfance ou les blessures d’un cœur amoureux.

Parler nourriture…

Ce n’est pas chic.

Pas plus chic que les comportements compensateurs d’ailleurs.  L’exercice, les jeûnes, les pilules magiques, mais surtout les purges.  Ça, ça fait peur à beaucoup de gens…

LES PURGES

L’ultime question:

« Mon Dieu, te fais-tu vomir? »

Comme si cela distinguait ce qui est grave ou non.

En réalité, c’est assez banal et, en clinique alimentaire, considéré moins alarmant et néfaste que la privation.  Pour nous, c’est viscéral.  Pour les gens qui purgent, ce qui est consommé doit être éliminé.  C’est difficile!  Cela demande de l’énergie, du contrôle et du temps.  Bouchée après bouchée, vomissement après vomissement.  Ce n’est pas non plus les vomissements « faciles » d’un excès d’alcool.  Le liquide d’abord, les aliments ensuite.  Les aliments solides, c’est un sport.    C’est un long et lent processus que seuls ceux et celles qui s’y compromettent peuvent comprendre.  C’est être courbaturé le lendemain.  C’est difficile, SALE…  Salutaire!

wp-1470268795957.jpg

Puis, vient la honte.

Les yeux enflés qui trahissent.

La lourdeur de l’animalité des gestes.

C’est douloureux aussi, pour le cœur et le corps.  Douleurs aux mains qui se blessent contre les dents.  Maux de gorge.  Blessures et marques au visage à trop forcer.

Mal au cœur de s’infliger tant de souffrance.

On s’abime le corps et l’esprit.

Très souvent, nos coquetteries comme se maquiller beaucoup ou tous les jours ne sont, en bout de ligne, pas des superficialités mais des tentatives pour masquer les marques laissées par le monstre et ses comportements destructeurs.  Les veines autour des yeux éclatées, les paupières et  les mains blessées, la déshydratation, la peau sèche, les cheveux et les ongles qui ne poussent plus…

La dame de la station-service me trouve belle, elle me l’a dit.  Elle aime mon maquillage foncé: « comme peu de gens peuvent porter ».  Elle aime ce noir charbonneux qui cache l’enflure de mes yeux, les veines éclatées et la peau sèche de mes paupières.  Ça, elle ne le sait pas.  Elle a aussi remarqué mes ongles: Valentine, la couleur.  Par contre, elle n’a pas vu les coupures sur mes jointures, les traces laissées par mes dents.  Moi, ces coupures, je les vois tous les jours.  Quand je conduis, me lave les mains, donne la main à mes enfants…  Je les sens.  L’été, elles ressortent au soleil.  Ces cicatrices ne partiront jamais, même lorsque je serai guérie.

wp-1470268800793.jpg

Marquée au fer.

Par les brûlures du quotidien.

Cela aussi, ça fait partie du caché, du « deep ».  Pourtant, ça s’impose, comme seule et unique solution.  Le seul moyen de reprendre le contrôle, de ne pas prendre trop de poids en attendant de trouver une autre façon, plus saine.  En attendant de trouver un autre moyen de contrôler la situation.

Aujourd’hui, je « patch ».

Demain, je réglerai le problème.

Je désire revenir sur un point : les vomissements ne définissent pas le trouble alimentaire.  Ce n’est pas la différence entre « vraie » et « pseudo-maladie ».

Quand j’ai brisé le silence pour la première fois et que j’ai finalement contacté un organisme d’entraide, c’est la première chose qui m’a frappé : la personne au bout du fil ne m’a pas dit : « Oh my god!  Non mais, te fais-tu vomir? ».

Elle m’a écoutée.

Elle m’a accueillie.

Ce n’est pas tout…

Le monstre a plusieurs autres vices cachés.

L’EXERCICE

Celui qui n’a plus rien à voir avec le plaisir et la santé physique.  Celui qui brûle et compte les calories.  Celui qui est encore au gymnase à 23h00.  Celui qui marche toutes les distances pouvant possiblement être marchées.  Celui qui essouffle le corps, le cœur, et l’esprit.  Celui qu’on nous demande d’abandonner en thérapie.

LES JEÛNES

Les périodes de jeûnes!  Des heures et des jours entiers sans manger, à calculer les calories compensées par cette abstinence alimentaire.  Maux de tête, étourdissements, hypothermie, déshydratation.  Tout cela s’additionne aux pensées obsessionnelles et aux sautes d’humeurs.  Jeûner…  C’est sentir chaque pas, chaque mouvement, chaque geste que l’on fait et se demander combien de temps on pourra encore tenir.  C’est la lourdeur, encore une fois, du corps, du cœur et de l’esprit.

LES « PILULES »

Nous, amis du monstre, avons aussi une pharmacie assez particulière.  Certains utilisent des laxatifs, des diurétiques, des coupe-faim et les fameux « fat-burner ».  Se sentir plus léger à fort prix.  Un poids immense pour la santé.  S’enchaînent souvent maux de ventre et dérèglements digestifs.

Beaucoup de sous.

De grandes illusions.

Une détresse infinie.

Si vous ne vivez pas la maladie et que vous me lisez, je comprends que tout cela semble difficile à saisir.  Parce que vous mangez tous les jours et que pour vous, c’est simple et anodin.

La vérité est que les personnes souffrant d’un trouble alimentaire sont aussi brillantes que les autres (Meh…).  Elles n’ont pas « pas compris » comment s’alimenter normalement.  Elles savent bien que la privation entrainera forcément la compulsion.  Ce n’est pas de l’ignorance.  Elles savent et, pour la plupart, pourraient élaborer un plan alimentaire faisant prendre ou perdre du poids à quiconque.  Elles ne sont pas non plus des cocottes superficielles.

wp-1470268782511.jpg

Elles sont aux prises avec un monstre.

Elles se débattent.

Elles essaient de garder la tête hors de l’eau.

Si vous accompagnez quelqu’un qui adopte des comportements qui vous paraissent choquants, essayez de ne pas jouer les indignés.

En cachette, préparez-vous…

Préparez-vous à entendre qu’elle a les mains lacérées, les yeux boursouflés et que c’est pour cela qu’elle se maquille et porte de belles lunettes de soleil.  Préparez-vous entendre qu’elle se fait vomir et retombe en crise moins d’une heure après, suivent d’autres vomissements, parce que le cœur prend toute la place, parce que la douleur l’emporte.

Ouvrez-vous à cette souffrance, car ces comportements sont excessivement difficiles à avouer.  Sur l’échelle de la fierté, c’est très bas!  Ce n’est pas une réussite de vie, disons.

Dernièrement, j’ai eu une belle conversation avec l’une de mes amies qui a eu connaissance de certains de mes comportements.  J’ai parlé de mon enfance difficile, de mes relations aux autres, des drames de ma vie de façon stoïque mais, lorsque le mot « vomissements » a été soulevé, elle a été surprise de ma réaction: j’ai éclaté en sanglots.  Parce que c’est honteux, parce que c’est mon côté sombre.

S’ouvrir sur le « deep », sur ses démons.  Se livrer entièrement.  Si une personne vous fait à ce point confiance : taisez-vous et  soyez présent.  Ouvrez-vous à la vraie souffrance, celle qui se cache derrière.   C’est ce dont elle a de besoin…  Un regard compréhensif, attentionné.

Une épaule pour pleurer.

L’amour qui nourrit.

Publicités

Cafés

Rires, lattes et confidences

wp-1469554455962.jpg

Je suis assise au café du coin.  Le soleil est chaud, la rue est pleine.  Je suis assise face à la fenêtre qui donne sur la terrasse.  Deux filles, deux amies, sont assises dehors.  Elles ont chacune ce que moi j’appelle un « café dessert » et partage un gâteau au fromage.  Le comble du calorique tout ça…  Elles rient.  Elles discutent probablement de ce dont toutes les amies assises autour d’un café parlent : un homme.  J’en ai, moi aussi, des amies avec qui j’aime parler des  hommes.  Par contre, je ne pourrais plus partager ce gâteau.  Mes amies le savent et ne me l’offre plus.  Quelque chose d’aussi simple, je suis incapable de le faire.  On se dit: « ce n’est pas grave, prends juste un café écrémé ».  Mais oui en fait, c’est grave!

Et triste…

Parce que ce n’est plus un choix.

Excessive

Le trouble alimentaire ou l’urgence de l’émotion

Ce texte est pour les gens qui souffrent, mais également ceux qui vivent avec nous.  Je suis difficile…  Je le sais. 

wp-1469051441435.jpg

Souffrir d’un trouble alimentaire, c’est vivre dans l’urgence.  L’état de crise, au quotidien.  C’est avoir l’impression constante de DEVOIR AGIR ou RÉAGIR.  Ici.  Maintenant.

 L’urgence de manger.

L’urgence de compenser.

On se jette.

Dans tout!

C’est se retrouver debout à fixer les placards.  Sentir à la fois l’urgence de manger « normalement » pour se guérir et la peur de l’excès, de la perte de contrôle.  Vient alors l’urgence de ne pas manger.  L’esprit change d’avis, de perception, en un claquement  de doigts.  D’un extrême à l’autre, à 4 heures du matin.

C’est se peser après avoir mangé et constater un gain.  Sortir en urgence pour acheter une seconde balance et revenir se peser.  PLUS LOURD!  Sortir courir, le cœur bouillonnant.

État d’urgence.

Air bête.

Caractère qui tue.

Ne me parlez plus.

Regarder le calendrier.  Rien demain…  Je ne mangerai pas (c’est surréaliste).

 La nourriture?

Oui…

Tout le reste aussi.

C’est l’incapacité d’attendre et l’urgence des décisions.  Devoir agir, dans le présent. Chercher des réponses, des explications.  Choisir un « non » à l’attente.   C’est vouloir tout, ici et maintenant.

Je veux et j’exige.

En fait non…

Tu aurais dû savoir!

C’est se jeter dans un projet.  Tout acheter.  Tout préparer.  Devenir expert.  Là, tout de suite.  Il faut le faire maintenant!

 Se teindre les cheveux 4 fois en 2 jours (true story).

C’est profiter d’un événement social puis, devoir quitter maintenant, sur le champ.  Parce qu’on ne se tolère plus, l’urgence nous envahit.

C’est également l’incapacité de prendre du recul.  Subir les comportements et les paroles des autres sans être capable de les analyser, sans relativiser.  Jamais!

Juste…

Y réagir avec fougue.

C’est l’insomnie.  La tête qui bourdonne.  Le sentiment d’être agressé.  L’urgence de régler les choses, de dire ce qu’on pense, de crier qu’on a été blessé.  C’est écrire un message beaucoup trop sentimental et d’une longueur excessive à 2 heures du matin, à quelqu’un qui ne comprendra pas de quoi il est question.  Quelqu’un qui n’avait pas réalisé qu’il y avait une situation X (je les écris en bloc-notes maintenant;  je ne les envoie plus).

C’est assumer qu’une relation est terminée lorsque l’on n’a pas de nouvelle durant une ou deux journées.  L’absence d’évènement signifie rejet.  Pas de gris possible.  Tout ou rien, dans tout!

Nager en plein délire…

C’est épuisant.

Je suis épuisée.

Alors, souvent, les mots restent pris, les paroles ne suivent pas l’émotion.  On reste avec l’urgence, la rage.  Le monstre nous envahit.  On perd le contrôle ou on tente de le reprendre.  C’est toxique.  On étouffe de l’intérieur.  Je suis calme et agitée.  Je suis réactive.  J’implose puis j’explose avant même d’avoir entendu le propos.  Tout est dirigé contre moi, malgré moi.

Pourquoi?

Je le sais…

wp-1468423425069.jpg

Parce que pour nous, faits et perceptions ne font souvent qu’un.  Le recul est difficile, voire impossible.  J’ai lu une belle analogie : on comparait un événement et les pensées qui l’accompagnent à un film et le récit qu’on peut en faire.  Les récits peuvent varier d’une critique à l’autre. Selon l’humeur, le vécu, l’appréciation du film, les propos vont différer.  L’histoire reste la même, mais chaque personne peut la relater différemment.

Moi, mon esprit ne dissocie plus l’événement du récit que j’en fais.  Je confonds perception et réalité.  Mes pensées sont vérités.  Mes perceptions, des faits irréfutables.  Et cette perception qui m’est si réelle est influencée par la maladie, la faim, les distorsions du cerveau.  Mon récit est rarement juste, généralement plus sombre que la réalité.

Je vis le drame au quotidien.  Je suis seule à jouer dans ce film, à l’écart, en marge.  Les autres n’ont pas le même scénario.  Alors je réagis, continuellement, car on ne vit plus les mêmes événements.  On ne parle plus le même langage, on ne se comprend plus.

On me dit d’éliminer les « je devrais » et les « je dois » de mon vocabulaire…  C’est plus fort que moi.  C’est urgent!

 Réactive.

Survoltée.

Soyons honnête…

Difficile.

À ceux qui vivent avec moi…

Merci!

Légère

Trouble alimentaire et obsession du corps

En thérapie, il n’y a pas de filtre, pas de censure.  L’authenticité permet d’affronter sa propre vérité et, avouons-le,  cela fait dire des atrocités.  Sur la vision du poids, du corps, de la minceur, des autres…

La voix de la maladie?

De ma bouche tout de même…

wp-1468538646178.jpg

Je préfère de loin le monstre aux grammes.  Aberration!  Vanité!  Peu importe ce qu’on me dit, je garde ma position: engraisser, non merci.  On me parle maladie mentale, je parle superficialité, légèreté.

L’image corporelle.

Pas la vision que l’on a de soi, de ses qualités.  Je parle du CORPS.  De la chair, des formes, des grammes que l’on touche du bout des doigts et de toute leur superficialité.  Le chiffre sur la balance, la taille des vêtements.  Notre côté artificiel, voir sexuel.  Ce standard qu’on se fixe, ce corps que l’on convoite.

Je le crie partout: la maladie est beaucoup plus complexe, profonde.  Oui, les troubles alimentaires sont présents pour une raison psychologique.  Mécanismes de défense qu’on pourrait analyser des années durant.  Développement du Soi depuis l’enfance, traumatismes.  Le monstre a une face cachée, il sert à quelque chose.

Oui, mais tout de même…

C’est mon corps et ses grammes qui reviennent encore et encore sur mes lèvres, qui me tourmentent.  Je veux être mince, belle, maquillée, coiffée…  Regardée, considérée.  On me parle de contrôle, de reprise de contrôle sur l’esprit par cette hantise du corps.

Je remplis des questionnaires, des analyses de ma vision et ma perception de moi.  Ces tests…  Je ne peux imaginer que l’on puisse y répondre autrement.  On me dit que oui!  Il y a des gens qui n’ont pas ce rapport obsessionnel à leur corps.

Qui ça?

De quoi ont-ils l’air?

Ça se demande?

wp-1468538000200.jpg

Lorsqu’on aborde la reprise de poids, je sens qu’on veut m’échanger quatre 25 cents pour 1 dollar.  Si je reprends du poids, je serai mieux dans ma tête…

Mais moins dans mon corps?

On me dit encore que non.  C’est un processus d’acceptation de soi, de son poids biologique.  Un jour, si je continue, je répondrai autrement à tous ces questionnaires.  Je réponds que je ne suis pas rendue là.  Le corps l’emporte encore sur le bien-être spirituel. Encore une fois, est-ce moi qui suis superficielle? Dans les groupes de soutien, peu importe les grammes, la même préoccupation : le poids et la beauté que l’on y associe.  Ah!  Tout ce qu’elles pourront faire une fois sveltes et belles…  Et heureuses.  Sommes-nous toutes si superficiellement malade?

 Le poids…

Être mince comme gage de bonheur.

Le corps et son influence emprise.  L’assurance ou les doutes qu’il occasionne. C’est un sujet sensible, maladie ou non, qui se glisse dans les discussions entre amis.  Les soupers arrosés où on parle de soi, des autres, de ceux et celles qu’on envie.  Les filtres tombent.  Trouble alimentaire ou non, nous sommes tous habités par des perceptions, des idées, des désirs reliés au corps.  L’alimentation, la perte ou le gain de poids, les régimes, l’exercice, la volonté de lâcher prise.

Sans savoir, les autres relatent souvent les mêmes comportements, les mêmes pensées que moi.  Lorsque je le souligne, cela étonne, sème le doute.  Parfois, cela se manifeste à plus petite échelle ou mes amies n’ont tout simplement pas le sentiment que cela est un trouble.

 MAIS…

Les propos demeurent les mêmes…

Mes conversations amicales sont fréquemment les mêmes que celles que je partage avec ma nutritionniste.  Mêmes préoccupations, même emprise du poids sur l’esprit.  Alors, où est la ligne?  Où commence la maladie?

On aspire tous à un certain standard.  Pourquoi est-ce moi qui consulte, qui a l’étiquette?

 Quand superficialité devient obsession…

Devient maladie…

Sommes-nous tous un peu malades?

De l’autre côté

Trouble alimentaire – Confortable maladie

La motivation…

Il y a celle du premier pas.  On peut chercher de l’aide à cause de la pression de ceux qui nous aiment ou d’un ultimatum.  On peut vouloir se guérir parce que l’on a des symptômes physiques.  Pour éviter l’hospitalisation ou sortir de l’hôpital.  On peut aussi décider de le faire pour soi, parce qu’on en a assez de ce mode de vie.  On se sent au fond de l’abîme.  On ne reconnaît plus cette personne qui nous fixe dans le miroir.  On croit qu’il y a mieux, de l’autre côté.

wp-1468379346248.jpg

Les raisons et le niveau de motivation fluctuent également.  On peut commencer un traitement suite à la pression des autres mais poursuivre pour soi.  La guérison n’est pas linéaire, je le lis partout.  Des bons et des mauvais jours.  Cela se traduit par le désir de guérir, et je dois être honnête, l’envie d’y replonger parfois… Souvent.

J’ai publié une définition de la guérison sur le compte Facebook du blog…  Mes pensées se sont arrêtées sur: « When you are recovered, you do not use eating disorder behaviors to deal with, distract from or COPE WITH other problems. »

Ne plus utiliser le trouble alimentaire pour gérer, affronter ses problèmes, ses émotions.  J’y aspire, mais j’éprouve une grande ambivalence.  Mon trouble alimentaire me permet de gérer ma vie, à ma façon.

Je le sais, je me connais.  Je nous observe, lui et moi, depuis tellement d’années.  Mon monstre se porte tout comme mes émotions et je les connais, les émotions dangereuses. La déception et le rejet.  Mes deux bêtes noires, qui font ressurgir le monstre, cet ami. Toute cette ambivalence vient de là, quand ces émotions m’envahissent, le monstre vient à mon secours.  Il est de mon côté, un bref instant.  Je suis consciente que c’est probablement la voix de la maladie, mais c’est ainsi que je vis les émotions.  TO COPE WITH…  Pour gérer, traverser, surmonter, encaisser.

Étrangement, je ressens cette ambivalence lors des journées plus douces.  Quand je suis plus calme, sans drame dans ma vie.  Ce que j’appelais jadis jour 2 ou 3.  Les crises sont passées, je me sens encore en contrôle et je m’aime bien.  Je vis bien avec le monstre.  Un temps mort, une trêve, le désir du statut quo.

Pour la motivation, ces plateaux sont difficiles.  Lorsqu’on est au fond du baril, on veut rebondir, guérir.  Mais lors des journées plus calmes, il faut tout de même continuer.  Brasser les émotions, manger, même si je n’ai pas faim.  Cette fameuse prescription alimentaire.  Quand je suis calme et en contrôle, c’est la guérison qui n’a plus de sens.

 wp-1468379482633.jpg

Lorsque j’ai commencé à consulter, je le faisais pour tenter d’éliminer des comportements que je considérais comme malsains, toxiques, qui m’empoisonnaient la vie et qui altéraient mon quotidien.  Je voulais m’en débarrasser.  J’ai réussi à éliminer les plus destructeurs et j’en suis fière.  Somme toute, mon quotidien est plus calme; mélange de psychologie, nutrition, alimentation et médication.  Un cocktail qui me garde dans un état assez confortable je dois dire…  On me dit maintenant de chercher ce que je pourrais gagner à guérir.  C’est abstrait pour moi.

Soyons honnête, j’ai diminué les pires comportements, j’aime mon poids, je mange davantage, mais pas trop.  Je sens que j’ai atteint un équilibre fragile où je suis bien.  Je cohabite mieux avec la maladie.  Alors pourquoi continuer?  Pourquoi manger plus, reprendre plus?  On me dit que ce sera encore mieux après…  On me dit que les comportements reviendront, que cet équilibre est trop fragile.  On me répète que c’est encore la voix de la maladie.  Je ne sais pas, on me parle d’un monde dont je ne connais rien.

Il y a donc la motivation de commencer, mais également celle de continuer.  Celle qui demande de l’investissement, de la persévérance.  La motivation de continuer quand la poussière est retombée, quand on est encore malade, mais plus serein.  Quand certains comportements nous ont quittés, mais que l’on trouve encore tellement de certains bénéfices en la maladie.

Peu importe la raison  qui vous amène sur ce blog, vous y êtes. Curieux, en questionnement, souffrants…  Peut-être que vous accompagnez quelqu’un aussi.  Cette raison est importante.  L’identifier et se la remémorer peut servir de tremplin vers la guérison ou si, comme moi, vous marchez sur place, à vous motiver à nouveau.

Il paraît que le ciel est bleu de l’autre côté.  Il paraît que derrière la maladie, il y a un autre nous, d’autres moyens.

TO COPE WITH…

La vie.

Autrement.

Jour de pesée

La reine des balances et le pouvoir de l’image

AVANT:

6h45

Jour de pesée!

Visite en clinique alimentaire aujourd’hui: Psychologie et nutrition se succèdent.  On me pèse, on traque mon poids.  J’angoisse.  Cette pesée était planifiée la semaine précédente.  Je m’en suis sauvée, maligne, comme un enfant qui croit l’avoir échappé belle après un mauvais coup.

Absurdité!  Je me pèse tous les jours, plusieurs fois même.  Pourquoi angoisser?  Parce que LEUR balance est différente, elle règne durement sur toutes les autres.  Elle n’affiche pas nécessairement les mêmes grammes que la mienne et je le vis comme une vérité absolue.  Elle a raison, elle tranche.

 wp-1467754829875.jpg

Encore et toujours, mon histoire est incohérente.  Ma psychologue et ma nutritionniste souhaitent que je reprenne du poids et moi je le vis honteusement alors je ne veux pas qu’elles voient le chiffre augmenter.  On nage en plein délire…

Pensée irrationnelle, oui!

Distorsion cognitive (Weirdo), oui!

Pour un esprit malade, prendre du poids est moins angoissant si l’on part de plus bas.  On descend pour remonter ensuite, pour se donner l’illusion de guérir.  C’est inconscient et sans fin.  Il est futé le monstre.

12h00

Je pars à pied.  Ventiler.

12h20

Café triple, en écrivant ces mots…

Je réfléchis.

Je me suis habillée léger aujourd’hui.  J’aime aussi mieux manger après ce rendez-vous qu’avant.  Depuis une semaine, je consigne tout ce que je mange.  On m’a demandé de noter 2 jours mais, en éternelle excessive, j’en ai détaillés 7.  J’y jette un coup d’œil.  De bonnes et de mauvaises journées.  Plusieurs aliments notés, trop selon moi.  Trop peu selon mon amoureux.  Toujours les mêmes, je le vois bien.  Elles vont mettre les deux en relation, le journal et le poids.  Analyser les grammes pour comprendre les réactions du corps à la nourriture.  Je devrais le voir comme de l’aide.  Mais non…

 13h00

J’y vais à pieds, évidemment.

 PENDANT:

13h45

UN MOT : Appréhension.

Je refuse le verre d’eau que m’offre la secrétaire.  Je ne veux pas être plus lourde.  Elle sent mon anxiété.  Elle en voit tous les jours, des filles comme moi.

 14h05

Je demande qu’on le fasse tout de suite.

M’en débarrasser.

J’enlève mes souliers parce que cela fait vraiment TOUTE la différence.  Je passe aux toilettes.  Si je pouvais, je me mettrais flambant nue je crois.  On me demande si je veux voir le résultat ou si je veux être pesée de dos.  Je veux savoir, Seigneur!

Les chiffres bougent, hésitent, tanguent d’un côté puis de l’autre.  Le résultat s’affiche.  Je regarde le chiffre mais surtout leurs regards.  Je veux savoir ce qu’elles pensent.  Je remets mes souliers, j’ai chaud.  On retourne s’asseoir…

APRÈS:

Le chiffre est bas, ça m’apaise…  Le champ libre pour commencer à guérir, dans le contrôle.  Mais cette légèreté ne dure qu’un temps… Quand moi je suis calme, moins émotive. Elles, elles sont songeuses…  Parce que je suis moins connectée à mes émotions, parce que « bas » est « encore plus bas ».  On regarde le journal.  Ce n’est pas suffisant.  On discute.  Les minutes filent, s’écoulent.

 15h00

Ça m’est venu, comme ça…

Dans l’embrasure de la porte, entre les deux rencontres.

Moi: « Après chaque visite, je me demande si j’ai fait ça correctement. »

Elle: « Après nos rencontres, note ce que notre conversation t’a apporté, si tu considères que ça t’apporte quelque chose. »

 Moi: « Non!  Je veux dire…  Le suivi m’apporte beaucoup.  J’ai peur de ne pas être à la hauteur, MOI, de ne pas vous satisfaire. »

 Elle sourcille: « Tu ne viens pas ici pour rendre des comptes ou performer? »

Et voilà!  Encore une sainte fois.  Pour les autres, pour le regard.  Pour la confirmation de la valeur personnelle.  J’ai peur de prendre du poids, mais peur de les décevoir.  Je vis dans la culpabilité d’une façon ou d’une autre.

L’estime blessée.

L’amour propre affamé.

La validation jusque dans la guérison.

Allez savoir.  À aucun moment je n’ai pensé aux conséquences sur ma santé.  J’ai pensé à leur opinion, à elles.  On m’explique que je ne suis pas là pour répondre à des exigences, des attentes.  Je suis là pour moi.  Avec le recul, ça semble une évidence…  Pas pour quelqu’un qui vit avec un TCA.

 16h00

Message vocal.

Je dois repasser des prises de sang, encore.

Ils se sont passé le mot…

17h30

L’après-guerre.

Café, seule avec moi-même, je réfléchis.  Elles ont raison, je suis ici pour me guérir, moi.  Cette pesée, je devrais la faire pour moi.   Pour mon corps, mon cœur, ma santé.

 19h00

Groupe de soutien.

#megajournee

On aborde l’image corporelle, le poids et notre vision du corps (drôle de hasard).  On se trace grandeur réelle, selon notre perception.  On nous trace ensuite, par-dessus le premier tracé.

J’ai été heurtée par les lignes qui ne s’alignent pas, par la différence entre ma perception et la réalité.  Cette journée, orientée sur l’image, s’est terminée en larmes, que dis-je, en crise monumentale.  En pensées et mots qui s’entremêlent, qui ne sont plus cohérents.  En refus de participer au retour sur l’activité, en besoin de rentrer chez moi, de me mettre en sécurité.

wp-1467754737163.jpg21h00

Comme toujours, je dois nommer mon sentiment avant de quitter.  Mon émotion de fin de journée, de cette journée de pesée.

Malgré le fin tracé accroché au mur, malgré les chiffres trop bas, j’ai quitté avec un poids immense sur le cœur.  Mon choix : Accablée.

 23h59

Il y aura des jours plus légers.

Vivement demain.

1 à 0 (pour lui)

Manger à nouveau OU La violence de l’émotion

J’entends souvent que cheminer consiste en « deux pas en avant, un pas en arrière ».  Ce texte parle d’un pas en arrière.  Déprime?  Non…  Espoir. Réalisme.  On avance tout de même…

 

Nourrir le corps pour alimenter le cœur.

C’est joli, poétique même.

Je n’y croyais qu’à moitié.

Puis, cette semaine, j’ai essayé.  Pendant quatre jours, j’ai mangé selon la prescription alimentaire de ma nutritionniste et j’ai évité les comportements compensatoires de tout genre.  Trois repas et trois collations par jour, systématiquement.  Le B-A…BA de l’alimentation.  La base.

Mon corps et mon cœur ont été foudroyés.

Littéralement.

L’effet a été violent.

Plus intense chaque jour.

wp-1466901940223.jpg

Je me suis sentie agressée, assaillie, par les émotions, l’angoisse de rependre du poids et…  Les crises.  J’ai passé les derniers jours à faire des tentatives alimentaires et…  Résultat?  À être en crise et à pleurer toutes les larmes de mon corps.  Toute cette peine, sans cause précise.  Juste…  Les émotions qui rattrapent, qui reprennent leur place.  Une douleur viscérale.  Qu’on ne peut ni nommer ou identifier avec précision, mais qui gruge au plus profond du cœur, du corps.  Des pleurs sentis, douloureux.  Des pleurs forts et bruyants, incontrôlables.  Le corps qui tremble.  La respiration qui coupe.  Les sanglots qui étouffent.

Puis, dans toute cette tourmente, je me suis pesée.  Je me suis pesée et j’ai sauté pour m’éloigner de la balance.  La bouée, je l’avais lâchée (Bella).

Cette aventure s’est terminée à la clinique alimentaire, recroquevillée au fond d’un fauteuil, à sangloter et pester contre ma vie, mon corps, mon métabolisme si différent des autres.  Si la privation me cause des crises, les prises alimentaires les ont décuplées.  Alors je l’ai dit…  Haut et fort!  Cette pensée irrationnelle encrée si profondément en moi:

« Si je dois choisir entre TOUT ou RIEN, ce sera RIEN! »

 wp-1466730138397.jpg

L’HORREUR!

Choisir la maladie!

On me rassure.  On me dit que c’est normal.  Une étape à franchir.  Les crises alimentaires augmentent avec la nourriture.  Manger fait manger et le corps se battra tant qu’il n’aura pas atteint son poids biologique (Bella).  Même plein, l’estomac crie.  Les crises émotionnelles, elles, viennent de l’esprit qui s’active à nouveau.  Une tempête affective.  Les émotions sont ravivées, ressuscitées.  Elles réapparaissent plus fortes que jamais.  On les ressent à travers tout son être.  J’ai senti à quel point cette privation de nourriture me coupe du ressenti, des souffrances du cœur.  Nourrir le corps pour alimenter le cœur.  Je l’ai vécu alors j’ai compris…

Sur la bonne voie me dit-on.  Il faut poursuivre.  Manger, pleurer, ressentir…  Pour vivre et traverser cette tempête.  Pour rallumer la flame, ramener la lumière.

Et je n’ai pas pu…

J’ai eu besoin d’un moment de répit, d’une pause.  J’ai eu besoin de cette atroce privation pour retomber à mon état grisé, neutre.  Pour souffler un instant.  Comme on prend un temps d’arrêt, de repos, entre deux efforts physiques.  Lorsqu’une première tentative échoue et qu’on se laisse un moment d’accalmie avant d’essayer à nouveau.

wp-1466819612240.jpg

Ça me trouble…  Me reposer de la nourriture pour tenter de manger plus tard.  À quel point cette dernière phrase est anormale, surréaliste.  1 à 0 pour le monstre.  Ces mots, ce texte, me font réaliser à quel point la maladie est envahissante.  À quel point la voix du trouble alimentaire a emprise sur moi.

Cette voix…

Jusqu’à tout récemment, je considérais les lendemains de crises comme « jour 1 ».  On recommence à neuf.  On jeûne quelques jours et on s’alimente normalement après. Simplement.  Les meubles sont sauvés, on se contrôle et ça ne reviendra plus.

Ça revient!

« Jour 1 » n’existe pas.

Je ne veux plus de ce cycle.  Je ne veux plus du millième « jour 1 ».  Je veux le jour 1000 et ce jour est de l’autre côté de la tempête.  Je devrai affronter l’océan, les vagues qui me ramènent en arrière.  Reprendre cette prescription alimentaire et y faire face.  Affronter les émotions, lâcher la bouée.

 Je veux les croire, y croire.

Je veux voir la lueur.

Je veux l’autre côté.