Tu es plus belle comme ça

Des cœurs, des fleurs, une licorne – Au royaume de l’acceptation

Tous ces compliments qui font mal…

« Tu es plus belle maintenant »

Parce que…

« Tu as pris du poids et ça se remarque »

C’est impoli

Parce que

« Lâche pas fille »

C’est infantilisant

Parce que

« Comment vas-tu? »

Implique une toute autre vérité

S’aimer. Être bien dans sa peau. Royaume d’acception de soi dans lequel, en passant, un commentaire comme « tu es plus belle comme ça » ne devrait pas être perçu comme un encouragement (je dis ça comme ça).

Ce rayon là… À la librairie.  Des cœurs, des fleurs, une licorne, au royaume de l’acceptation.   J’ai trouvé les références que je traînais depuis longtemps. J’ai marché vers la caisse, j’ai attrapé un roman. J’ai payé le roman et j’ai laissé les autres à la caissière.

« J’ai changé d’idée »

Parce que…

« M’aimer comme ÇA , je ne suis plus certaine »

C’est malaisant

Si vous avez déjà participé à une thérapie TCA, on vous a sûrement déjà fait rédiger la liste des avantages et des inconvénients de la maladie. Pour les autres… C’est tout comme faire les « pour » et les « contre » d’une relation qui nous fait souffrir, afin de savoir si l’autre en « vaut la peine » . On cherche à savoir si notre TCA « en vaut la peine ».

J’ai mis la mienne sur Facebook il y a deux ans environ. Dernièrement, une lectrice me l’a renvoyée pour m’encourager.  J’ai trouvé cela très attentionné d’ailleurs, qu’elle me l’envoie, mais également qu’elle s’en souvienne.

Cela dit, ça m’a pris dans le détour car je l’avais jetée.

C’était ceci :

wp-1467249623722.jpg

Je la retrouve sans émotion.  Je me dis « hey ben ».

Depuis cette liste j’ai, et je crois réellement, tenté l’approche de « la guérison ». Ceux qui vivent comprennent…

  • Ne plus me regarder continuellement dans les vitrines
  • Faire de l’activité physique saine et non du « cardio » seule à minuit
  • Changer mes abonnements Instagram « fitness » pour de belles histoires de guérison (merci de me montrer tes toasts)
  • Ne plus faire de régimes
  • Ne plus me peser ET faire semblant que le poids n’a plus d’importance
  • Piger une « réflexion » dans le pot de la salle d’attente du psy et être déçue à chaque fois
  • Manger lentement en prenant soin de poser les ustensiles entre chaque bouchée (histoire de me fondre)
  • Écrire une lettre à mon corps (!!!!!!!!!!!)
  • Écrire mes sentiments
  • Parler à « la voix »
  • Mettre un sourire dans mon visage
  • Le tenir là…

img_0827

Quand on reprend une routine alimentaire équilibrée il y a un moment de bonheur total où on peut manger, sortir, retrouver une vie, retrouver ses amis SANS avoir repris du poids.  Du coup, tout le monde pense qu’on est guéri.   Puis, il y a « après ». On doit réévaluer notre garde-robe, regarder le chiffre monter passivement et manger…  Quand même.  Vivre des crises, encore et toujours…

« Fake it until you believe it »

Parce que

« Ça arrangerait tout le monde si tu arrêtais ça »

C’est indélicat

Puis, parce que le TCA est toujours là, je refais la liste…

img_0825

Je sais bien que ce discours est teinté d’une perception à mi-chemin entre la maladie et la guérison, mais depuis longtemps ma perception de moi-même n’a pas été aussi négative. Je ne suis pas en train d’abandonner… Mais tout de même… Je constate.  Je sais que les gens sont gentils, plein d’amour, d’encouragements et de compliments.  Mais ces compliments, si lourds, si douloureux, mettent une fois de plus en doute mes perceptions et les perceptions de la maladie par rapport à celles des gens.  On dit que perception est réalité, et ma réalité fait toujours mal, peu importe les compliments.

Donc, SVP, on arrête le :

« Tu es plus belle comme ça »

Et tous ces compliments qui font mal

Parce que de toute façon, ils ne font pas le poids

Sur ma balance