Légère

Trouble alimentaire et obsession du corps

En thérapie, il n’y a pas de filtre, pas de censure.  L’authenticité permet d’affronter sa propre vérité et, avouons-le,  cela fait dire des atrocités.  Sur la vision du poids, du corps, de la minceur, des autres…

La voix de la maladie?

De ma bouche tout de même…

wp-1468538646178.jpg

Je préfère de loin le monstre aux grammes.  Aberration!  Vanité!  Peu importe ce qu’on me dit, je garde ma position: engraisser, non merci.  On me parle maladie mentale, je parle superficialité, légèreté.

L’image corporelle.

Pas la vision que l’on a de soi, de ses qualités.  Je parle du CORPS.  De la chair, des formes, des grammes que l’on touche du bout des doigts et de toute leur superficialité.  Le chiffre sur la balance, la taille des vêtements.  Notre côté artificiel, voir sexuel.  Ce standard qu’on se fixe, ce corps que l’on convoite.

Je le crie partout: la maladie est beaucoup plus complexe, profonde.  Oui, les troubles alimentaires sont présents pour une raison psychologique.  Mécanismes de défense qu’on pourrait analyser des années durant.  Développement du Soi depuis l’enfance, traumatismes.  Le monstre a une face cachée, il sert à quelque chose.

Oui, mais tout de même…

C’est mon corps et ses grammes qui reviennent encore et encore sur mes lèvres, qui me tourmentent.  Je veux être mince, belle, maquillée, coiffée…  Regardée, considérée.  On me parle de contrôle, de reprise de contrôle sur l’esprit par cette hantise du corps.

Je remplis des questionnaires, des analyses de ma vision et ma perception de moi.  Ces tests…  Je ne peux imaginer que l’on puisse y répondre autrement.  On me dit que oui!  Il y a des gens qui n’ont pas ce rapport obsessionnel à leur corps.

Qui ça?

De quoi ont-ils l’air?

Ça se demande?

wp-1468538000200.jpg

Lorsqu’on aborde la reprise de poids, je sens qu’on veut m’échanger quatre 25 cents pour 1 dollar.  Si je reprends du poids, je serai mieux dans ma tête…

Mais moins dans mon corps?

On me dit encore que non.  C’est un processus d’acceptation de soi, de son poids biologique.  Un jour, si je continue, je répondrai autrement à tous ces questionnaires.  Je réponds que je ne suis pas rendue là.  Le corps l’emporte encore sur le bien-être spirituel. Encore une fois, est-ce moi qui suis superficielle? Dans les groupes de soutien, peu importe les grammes, la même préoccupation : le poids et la beauté que l’on y associe.  Ah!  Tout ce qu’elles pourront faire une fois sveltes et belles…  Et heureuses.  Sommes-nous toutes si superficiellement malade?

 Le poids…

Être mince comme gage de bonheur.

Le corps et son influence emprise.  L’assurance ou les doutes qu’il occasionne. C’est un sujet sensible, maladie ou non, qui se glisse dans les discussions entre amis.  Les soupers arrosés où on parle de soi, des autres, de ceux et celles qu’on envie.  Les filtres tombent.  Trouble alimentaire ou non, nous sommes tous habités par des perceptions, des idées, des désirs reliés au corps.  L’alimentation, la perte ou le gain de poids, les régimes, l’exercice, la volonté de lâcher prise.

Sans savoir, les autres relatent souvent les mêmes comportements, les mêmes pensées que moi.  Lorsque je le souligne, cela étonne, sème le doute.  Parfois, cela se manifeste à plus petite échelle ou mes amies n’ont tout simplement pas le sentiment que cela est un trouble.

 MAIS…

Les propos demeurent les mêmes…

Mes conversations amicales sont fréquemment les mêmes que celles que je partage avec ma nutritionniste.  Mêmes préoccupations, même emprise du poids sur l’esprit.  Alors, où est la ligne?  Où commence la maladie?

On aspire tous à un certain standard.  Pourquoi est-ce moi qui consulte, qui a l’étiquette?

 Quand superficialité devient obsession…

Devient maladie…

Sommes-nous tous un peu malades?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s