Weirdo

Les bizarreries du trouble alimentaire – Ces comportements qui nous rassemblent

Pensées irrationnelles.

Distorsions cognitives.

De jolis mots, compliqués, qui représentent nos curieux agissements.  Ces pensées envahissantes.  Notre case en moins, au quotidien.

Je vous invite dans ma tête aujourd’hui.  Je vous partage nos secrets bien gardés, nos particularités de troublés alimentaires.  Pourquoi?  Parce que c’est par ces comportements et ces pensées qu’on s’identifie finalement aux autres copains du monstre.  On se dit: « Seigneur, toi aussi? ».

L’apaisement ultime:

Les autres aussi ont une case en moins!

Un esprit chaotique.

 wp-1466561995518.jpg

Alors…

Qu’est-ce qu’on ne fait tous vraiment surtout pas, jamais?

Se priver ou ne rien manger, carrément,  lors d’un événement et finir dans la cuisine une fois à la maison.  Victime de soi, à se dire que, finalement, on aurait dû profiter du moment social avec tout le monde.  Comme tout le monde!   Refuser de goûter à UNE bouchée offerte par une amie, parce que chaque calorie compte et, encore une fois, avoir une crise peu de temps après.

Faire le tour 10 fois de la foire alimentaire au centre commercial.  Examiner les aliments. Comparer les restaurants entre eux.  Se sentir agressé par les salutations du commis:

« Ne me parle pas!

JE NE  SUIS PAS dans cette file! »

Ne rien prendre et crever faim finalement.  Hésiter.  Y retourner peut-être…   Puis, rater sa chance.  Les autres ont fini, le moment est passé.

Anticiper les événements festifs et étouffer lorsqu’il y en a trop au calendrier.  Se sentir coincé, pris.  Culpabiliser de ne pas apprécier les joies de la vie.  Se sentir ingrat.

En vouloir à la terre entière de manger, continuellement.  Se sentir assailli par les autres et leurs invitations.  Tant de raisons pour prendre un verre et casser la croûte.  Ne pas profiter des sorties, ne pas y prendre part totalement.  Être en marge, à côté du moment, toujours.

Marcher des heures pour « préparer » une sortie.  Faire de la « place calorique ».  Parce que chaque calorie doit s’éliminer, avant ou après, de façon compliquée et excessive, évidemment.  Marcher des distances impressionnantes.  Passer par des chemins douteux que l’on aurait dû faire en voiture, juste pour brûler des calories.

 wp-1466601396622.jpg

Compenser!  Boire un café, deux…  Trop de café.  Mâcher de la gomme.  Boire de l’eau.  Rependre un café, écrémé.  Douter qu’il soit vraiment écrémé.  Le jeter.

Jongler avec la nourriture…  Se préparer une collation.   La remettre dans la boîte puis, la remettre dans l’assiette.  La mettre aux poubelles.  Sortir de la cuisine et y revenir après quelques minutes.  Jeter le sac dehors.  Quitter la maison…  À bout de nerfs.

Errer dans la cuisine.  Classer le réfrigérateur.  Organiser, compacter les restes dans d’autres plats, plus adéquats.  Planifier les repas, à outrance.  Faire des épiceries démentielles.  Cuisiner trop.  En offrir.  Servir des portions gigantesques aux autres.  Leur faire des lunchs démesurés.  Qu’ils apportent… TOUT.

Faire des crises gradées, de collation saine et légère à f*** it.  Terminer le pot d’un « aliment interdit » puis sortir en acheter un autre.  Le remettre à niveau et faire comme si rien ne s’était produit.

 wp-1466561980354.jpg

Être hyperactif.  Avoir le besoin criant, vital d’être en mouvement.  Éviter d’être à la maison.  Sortir, s’étourdir.  Prendre part à plein de projets.  S’y investir corps et âme sans aucune autre raison que la fuite de  « chez soi »…  De soi.  Tout faire à l’excès, intensément.  Soyons honnête, les amis du monstre travaillent bien.  Ils sont… Très impliqués.

Croire qu’on change de silhouette au fur et à mesure que la journée avance.  Se peser continuellement.  Monter sur la balance puis redescendre.  Remonter dessus, comparer.  Vérifier qu’elle est bien « à zéro ».  Remonter, comparer.  Bouger les pieds, les orteils… Redescendre, lui donner un petit coup de pied. Vérifier qu’elle est toujours « à zéro ».  Se peser à nouveau, comparer.  Analyser les réponses obtenues et décider si ce sera une bonne ou une mauvaise journée.

Se sentir observé, jugé.  Chercher le regard des autres, ce regard qui nous regarde.  Le trouver et se confirmer qu’on nous épiait.  Sauter aux conclusions.  Ils ont une opinion sur nous, sur notre façon de manger.  Se positionner en victime, toujours.

 Vous riez jaune?

Folie?  Non!  Vous avez faim, premièrement.  Votre corps lutte, vous envoie des signaux.  Toutes ces pensées envahissantes.  Vous êtes également aux prises avec des distorsions cognitives, des pensées irrationnelles.  Ce n’est pas un manque d’intelligence.  Encore une fois, le cerveau truque la réalité.  Vos pensées et analyses sont erronées, altérées.  Exemple: Prendre la décision consciente de ne pas manger durant quelques jours, pour compenser.  Ça a beaucoup de sens… Pour vous, pour moi, mais c’est faux!    Encore une fois, l’esprit est malade.

Pourquoi tant d’idées irrationnelles?

Avant d’expliquer plus précisément ce que sont les distorsions cognitives, je veux vous partager une activité sur ce thème.  À mon groupe de soutien, nous devions choisir parmi 65 étiquettes une phrase qui nous touchait et dont nous étions CONVAINCUES de la véracité.  Voici ce que mes copines et moi avons choisi.

wp-1466601215065.jpg

Et nous nous sommes toutes battues.  Nous avons argumenté avec les intervenantes, les autres participantes et nous-même.  Pour prouver que c’était vrai…

wp-1466601211925.jpg

Les distortions cognitives:

La littérature en identifie dix.  Je vous résume…

Le fameux « tout ou rien » des amis du monstre.  Noir ou blanc.  Aucune zone grise n’est possible.  Aucune friandise ne sera tolérée.  La journée complète serait gâchée.  Cependant, cette friandise passée, la clôture sautée, aucune privation ou retenue n’en vaut la peine.  Demain sera un autre jour…  Jour 1.  Tout ou rien et pas uniquement pour la nourriture.  Tout et tous sont bons ou mauvais, beaux ou laids.  Il n’y a que deux catégories de tout.

Les distorsions cognitives, c’est TOUT généraliser.  Manger trop un soir de fête et se voir obèse le lendemain.  Généraliser à outrance et apposer des étiquettes systématiquement et de façon virulente.  On a eu une crise, on en fera toujours.  On ne vaut rien.  On ne s’en sortira jamais.  C’est sans issue.  On rejette donc le positif.  On minimise les réussites et on dramatise les échecs.

J’aime voir ces distorsions comme « l’Instagram » de l’alimentation.  Voir la réalité à travers un filtre.  Être obnubilé par certains aspects.  Laisser un seul détail influencer, teinter, toutes nos perceptions, à la manière d’une goutte de colorant dans l’eau.  Sauter à des conclusions beaucoup trop hâtives, toujours.  Un ami ne m’a pas rappelé, il ne veut plus me parler.  Penser pour les autres.  Leur mettre des mots dans la bouche, des idées dans la tête.  Le scénario était là, malgré eux, contre nous.  On se sent attaqué, blessé.  On met la hache dans des relations avant même que l’autre ait ouvert la bouche.  Avant même qu’il ait réalisé qu’il y avait une « situation x ».  On appelle aussi cela de la personnalisation.  Si ma mère semble maussade, elle est certainement fâchée contre moi.  C’est ma faute.

Avoir des pensées irrationnelles mais y croire, tellement fort. C’est troublant.  Se voir agir.  Savoir qu’on est dans l’erreur, que toutes ces idées sont fausses.  Les inscrire sur sa feuille de thérapie pour tenter de les modifier.  Se trouver ridicule, se dire que oui, c’est sensé.  Refuser de voir le non-sens, la maladie.  Alors s’étourdir, encore.  Parce que s’arrêter, se regarder, c’est difficile.

MAIS…

wp-1466632936100.jpg

Se reconnaître à travers quelqu’un d’autre.  Une personne sympathique, gentille, NORMALE.  Ça dédramatise.  On devient ami avec les amis du monstre.  On s’allie, pour mieux combattre.  Ensemble, on trouvera la force de guérir ou du moins…

D’en rire un bon coup.

Publicités

Une réflexion sur “Weirdo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s