Douce incertitude

Variations sur le mot « mais » OU quand ambivalence rime avec guérison

Pour une fois, je ne me ferai pas pessimiste.  Profitons-en et soulignons une découverte qui m’apaise un brin.

Tranche de vie ou MAIS 2.0 :

wp-1463578007224.jpg

L’écriture de mon dernier billet m’a troublée. Je suis apparue préoccupée à mon groupe de soutien, résignée même.  Je ne voulais plus, j’étais complètement éreintée. Comme je l’exprimais plus tôt, le poids de la guérison se fait très lourd en ce moment. Dire adieu au monstre m’effraie grandement et j’hésite.  J’ai choisi de partager.

 Alors on m’a expliqué…

Encore.

On m’a mis aux faits de mon développement psychologique et, pour une fois les amis, ce n’est pas alarmant ou décourageant.  Je veux donc partager ma découverte avec vous. J’espère redonner un peu d’espoir à d’autres cœurs ambivalents.  Compagnons incertains, notre monstre n’a qu’à bien se tenir.

 L’ambivalence face à la guérison serait signe de cheminement.

Je rêve?

Et bien non!  Comme je l’ai souvent évoqué, les personnes vivant avec un TCA ont une tendance à l’extrême.  Force, passion et intensité riment souvent avec impulsivité, obsession et compulsion.  Elles s’investissent avec fougue, se donnent corps et âme.  Tout est noir ou blanc.  Il n’y a pas de zone grise, pas de doute ou d’ambiguïté possible.  Tout est entièrement positif ou négatif et doit être défini ici et maintenant.  Pas de demi-mesure.  Nous vivons dans l’excès, avec frénésie, de toutes les façons possibles, de haut en bas.

wp-1463578036483.jpg

En ce sens, l’hésitation serait signe de mouvement.  Une douce possibilité de changement.  Le murmure que l’esprit devient critique.  La balance se met en branle.  Elle se dandine d’un bord et puis de l’autre.  Elle fait bouger le monstre, l’examine et le remet en questions.  Ce serait donc le début de la guérison ou du moins,  un signe de renouveau. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai l’impression de respirer à nouveau.  Le vent tourne légèrement amenant une brise d’optimisme.  Une subtile éclaircie.  Un répit dans ma tourmente.  Je ne suis plus pétrifiée.  Je progresse apparemment, toujours dans le corridor de la santé mentale me direz-vous, mais tout de même, vers l’avant.

Ce ne sera pas aisé.

Je doute encore de quel côté penchera ma balance.

MAIS…

J’ai étrangement envie d’y croire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s