Se combattre

Cette violence qui abîme le corps et l’esprit

Souffrir de troubles alimentaires, c’est vivre avec une fatigue quasi chronique. La fatigue du corps et de l’esprit qui m’accompagnent à longueur de journée. Quand j’ai appelé pour demander de l’aide, c’est l’une des premières choses que j’ai dites:

« Je suis tannée d’être fatiguée, d’avoir froid. »

Aujourd’hui a été une journée particulièrement éprouvante pour moi et ma vision en est peut-être assombrie, mais je crois que plusieurs comprendront, s’identifieront.

Mon corps et mon cœur sont épuisés, vannés, accablés…

Tout d’abord, il y a la fatigue physique. Celle de ne pas manger suffisamment. Se sentir étourdi, manquer d’énergie. La fatigue physique aussi qu’amènent les comportements compensatoires (vomir, jeûner, faire de l’exercice, prendre des laxatifs, etc.). C’est difficile pour le corps, plus qu’on peut l’imaginer. Il y a aussi, contrairement à ce que certains peuvent croire, la fatigue physique de manger exagérément. On se sent mal, lourd, gonflé. On a mal au ventre, mal aux mâchoires (oui!).  Dans mon cas comme pour plusieurs, c’est la combinaison des deux qui me tue. L’alternance des comportements… Manger excessivement, puis jeûner ou faire des purges interminables. Le tout, parsemé d’autres comportements compensatoires de toutes sortes. Le corps ne connaît alors plus ses limites, ses capacités.

Je me brûle et ça me gruge de l’intérieur.

Puis, il y la fatigue émotionnelle. Bien pire et plus envahissante que la fatigue physique. Celle de penser, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au même dossier. Le focus total sur la nourriture et le contrôle de soi. Ce contrôle excessif qui engendre la compulsion et donc la culpabilité. Tout ça, au quotidien, est terriblement épuisant.

Chez les gens comme moi, les troubles alimentaires prennent le dessus sur la raison et nous rendent alors totalement illogiques et contradictoires. Il suffit d’observer une personne souffrant d’un TCA pour s’en apercevoir. Au cours d’une même journée, j’en viens même à me percevoir physiquement différemment selon le moment.

Je me trouve trop maigre ou on m’a fait un commentaire X.

Je me dis, sur le coup, que j’aimerais reprendre quelques grammes alors je mange un morceau, comme si ma silhouette allait se modifier instantanément. Puis, la peur m’envahie. Déjà, je me vois autrement et je suis terrifiée. Cette peur est viscérale, démesurée et se change rapidement en sentiment de désespoir et de laisser-aller total, surtout en cas de crise alimentaire.

Pour être bien claire, souvent, j’explique à mes amies que je me contrôle, contrôle, contrôle par peur du monstre, mais qu’au moindre écart c’est : « Tant pis, tout est déjà gâché! » Et, c’est cette crainte irrationnelle de prendre du poids qui crée, chez moi, un besoin surdimensionné de contrôle.

Le monstre, je le connais…

Je le crains, car je sais de quoi il est capable.

C’est cette peur et cet abandon en moments de crises qui me rendent complètement incohérente et qui souvent me font me priver quand j’ai faim ou manger quand j’ai déjà bien trop mangé. C’est cette peur de moi qui me fait faire du sport après avoir constaté une trop grande perte de poids ou manger quand je suis découragée du chiffre qui s’affiche sur la balance. C’est la peur de ne plus avoir le contrôle et de me faire du mal, encore.   De faire du mal à ceux que j’aime. Une peur irréelle et irrationnelle, presque vivante, qui module tous mes comportements. Vivre avec un TCA, c’est se battre contre soi-même et se faire violence à longueur de journée.

Et croyez-moi, vivre dans la peur de soi, tous les jours, c’est éreintant.

Cette fatigue, bien souvent, prend le dessus sur les autres événements de la vie. Souvent, je n’ai pas d’énergie pour d’autre choix ou réflexions car toute mon énergie mentale va déjà à vivre avec les troubles et les gérer au quotidien.  Et finalement, la fatigue ultime est de penser à tout ça, toute la journée, tous les jours et de se coucher en constatant à quel point tout cela ne fait aucun sens.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s